Coiffeur à domicile, tout savoir sur le régime auto-entrepreneur

Coiffeuse ou coiffeur depuis plusieurs années, vous envisagez de vous mettre à votre compte, mais vous ne savez pas comment vous y prendre ? Premièrement, sachez qu’avec le vieillissement de la population et l’évolution du mode de vie, les activités de service à domicile sont en plein essor. Personnes à mobilité réduites et actifs aux emplois du temps surchargés apprécient particulièrement le métier de coiffeuse ou coiffeur à domicile. Deuxièmement, les formalités d’enregistrement et les obligations administratives sont largement simplifiées par rapport à la gestion d’une entreprise. Alors, prêt(e) à vous lancer ?

Coiffure et statut auto-entrepreneur, quelles informations clés ?

  Centre de formalité des entreprises (CFE) : Chambre des métiers et de l’Artisanat

Code APE : 96.02A – Coiffure

Plafond de chiffre d’affaires à ne pas dépasser en 2018 : 70 000€

Rémunération mensuelle moyenne : 1800€ à 4000€

Montant des cotisations sociales à payer : 22% de votre chiffre d’affaires

Statut auto-entrepreneur, quels avantages ?

Un statut ouvert à tous

Le statut auto-entrepreneur a l’avantage d’être ouvert à tous, à titre exclusif ou complémentaire d’un autre statut (salarié, étudiant, demandeur d’emploi, retraité, fonctionnaire, ou dirigeant assimilé salarié).

Il faut cependant répondre aux critères suivants :

  • Avoir une adresse en France
  • Être majeur ou mineur émancipé
  • Ne pas déjà être travailleur non salarié (gérant d’une entreprise par exemple)
  • Être titulaire d’une carte de séjour temporaire autorisant l’ouverture d’une auto-entreprise en France si vous êtes ressortissant hors Union Européenne. Vous pouvez obtenir plus d’informations auprès de votre préfecture.

Des démarches de création simplifiées

  • Les démarches administratives liées à la création sont plus légères que celles requises pour la création d’une autre forme juridique (SARL, SAS, etc).
  • Il n’est pas nécessaire d’apporter un capital pour la création de l’auto-entreprise.

Un calcul et un paiement simplifié des charges sociales

  • Le montant des cotisations sociales est proportionnelle au chiffre d’affaires réalisé.
  • Vous pouvez choisir de verser vos charges sociales mensuellement ou trimestriellement.
  • Vous pouvez optez pour la déclaration de votre chiffre d’affaires en ligne avec prélèvement automatique sur votre compte bancaire.
  • Si vous ne faites pas de chiffre d’affaires, vous n’avez aucune charge sociale ou fiscale à régler.

Une comptabilité légère

  • Les bénéficiaires de l’ACCRE (Aide à la Création d’Entreprise) peuvent réduire leur charges sociales pour faciliter le démarrage de leur activité.
  • Il existe une option permettant une déclaration et un paiement simplifié de l’impôt sur le revenu.
  • La comptabilité est réduite à la tenue d’un registre des recettes et des dépenses.
  • Jusqu’à un certain seuil de chiffre d’affaires, vous bénéficiez d’une franchise de TVA.

Statut auto-entrepreneur, quelles spécificités ?

L’exercice de la coiffure relève des activités commerciales. Celles-ci comprennent l’achat/vente de produits et accessoires, ainsi que les prestation de services.

Franchise de TVA

Une spécificité importante du régime est la franchise de TVA, jusqu’à un certain seuil, ce qui implique qu’un auto-entrepreneur ne déclare pas, ne facture pas et ne récupère pas la TVA. Ainsi, Hors-Taxes (HT) = Toutes Taxes Comprises (TTC).

Pour la coiffure, le seuil pour bénéficier de la franchise de TVA est de 33 200€HT pour les prestations de services et de 91 000€HT pour la vente de produit. Si vous êtes dans la deuxième année de création de votre auto-entreprise, une période de tolérance est appliquée, et qui fixe le seuil à 35 200€HT.

Dès lors que vous dépasser d’un euros le seuil, vous devenez redevable de la TVA dès le 1er jour du mois de dépassement.

Plafond de chiffre d’affaires

Pour garder votre statut d’auto-entrepreneur, vous ne devez pas dépasser un certain montant de chiffre d’affaires : 70 000€HT pour les prestations de services, et 170 000€HT pour la revente de marchandises. C’est pour cela que vous devez choisir avec soin votre activité principale.

Déclaration de chiffre d’affaires

Votre déclaration est obligatoire, même si votre chiffre d’affaires est nul et peut s’effectuer mensuellement ou trimestriellement. En cas de retard ou de défaut de déclaration, vous encourez une amende de 50€.

Les options pour déclarer votre chiffre d’affaires

  • Par courrier : remplissez la déclaration reçue à votre domicile, et envoyez-la avec votre chèque à votre centre de paiement Sécurité Sociale des Indépendants.
  • En ligne : rendez vous sur le site www.net-entreprises.fr pour créer votre compte et effectuez vos déclarations, et vos règlements. Cette option devient obligatoire si votre chiffre d’affaires dépasse :
    • 20 700€HT de CA pour la revente de produits
    • 8 300€HT de CA pour les prestations de services.

Couverture sociale

  • Si votre auto-entreprise est votre activité principale, votre couverture sociale est gérée par la Sécurité Sociale des Indépendants, via des organismes conventionnés dotn le choix se fait obligatoirement lors de votre déclaration de début d’activité.
  • Si c’est une activité complémentaire, vous restez attaché à votre régime d’assurance actuel.

Auto-entrepreneur, quelles charges sociales ?

Un régime micro-social simplifié

Les cotisations sociales sont calculées proportionnellement aux chiffre d’affaires réalisé au cours de la période (mensuelle ou trimestrielle selon le choix que vous aurez fait).

Pour les prestations de services, le taux est de 22%, et pour les achats et la revente de produits, il est de 12,8%.

Contribution à la formation professionnelle

Elle est calculée sur le chiffre d’affaires réalisé (0,20% pour les prestations de services) et permet de bénéficier de droits à la formation professionnelle. Vous pouvez en faire la demande en fournissant une attestation de droits à l’organisme de formation, et après avoir déclaré un chiffre d’affaires positif au cours des 12 derniers mois.

Bénéficier de l’ACCRE

Cette Aide aux Chômeurs Créateurs ou Repreneurs d’une Entreprise vous permet de bénéficier d’une exonération partielle des charges sociales pendant les 3 premières années de votre activité.

  • Pour une activité de prestations de services :
    • 5,5 % la 1ère année
    • 11 % la 2ème année
    • 16,5 % la 3ème année
  • Pour une activité de vente de marchandises :
    • 3,2 % la 1ère année
    • 6,4 %% la 2ème année
    • 9,6 % la 3ème année

Pour en bénéficier, vous devez remplir l’une des conditions suivantes :

  • Être demandeur d’emploi, que vous soyez indemnisé ou indemnisable
  • Être demandeur d’emploi non indemnisé, mais avoir été inscrit à Pôle Emploi au moins 6 mois au cours de 18 derniers mois
  • Être bénéficiaire du RSA, RMI, l’ASS ou ATA
  • Être âgé de 18 à 25 ans
  • Être âgé de moins de 30 ans, non indemnisé ou reconnue handicapée
  • S’implanter dans une zone urbaine sensible
  • Être bénéficiaire du complément de libre choix d’activité

Auto-entrepreneur, quelle imposition ?

La méthode classique

Vos revenus en tant qu’auto-entrepreneur sont inclus dans votre déclaration annuelle après un abattement de 50% pour les prestations de services, et 71% pour la revente de marchandise.

L’impôt libératoire

Également appelé prélèvement libératoire ou option micro fiscale simplifiée permet de libérer votre revenu d’auto-entrepreneur du système d’impôt classique. Votre impôt sera réglé en même temps que vos cotisations sociales, selon un pourcentage de votre chiffre d’affaires : 1 % pour la revente, 1,7 % pour les prestations de services.

La Taxe pour frais de chambre consulaire

Cette taxe permet le financement des chambres de commerce et d’industrie ainsi que les chambres des métiers. Elle est de 0,015 % du chiffres d’affaires pour la revente, et 0,044 % pour les prestations de services.

La Cotisation Foncière des Entreprises (CFE)

La CFE remplace la taxe professionnelle.

  • Elle se calcule par rapport à la valeur locative des biens utilisés par l’entreprise au cours de l’année N-2.
  • Dans le cas où vous exercez votre activité à votre domicile, la valeur prise en compte sera celle déclarée à la création de votre activité (déclaration 1447-C-SD).
  • Si la valeur locative des biens est trop faible, vous serez soumis à une cotisation minimum.
  • La CFE est à régler dès la seconde année d’activité.
  • Vous pouvez bénéficier d’exonération de la CFE sous certaines conditions.

Coiffeur à domicile, quelles formalités pour obtenir le statut d’auto-entrepreneur ?

Quelles formalités pour exercer dans la coiffure ?

Le métier de la coiffure est réglementée, que vous l’exerciez en salon ou à votre compte. Voici les obligations que vous devez respecter :

  • être titulaire du CAP Coiffure.
  • ou être titulaire d’un diplôme ou un titre de niveau égal ou supérieur, homologué ou enregistré lors de sa délivrance au répertoire national des certifications professionnelles. Par exemple, un Brevet Professionnel Coiffure ou un Brevet de Maîtrise Coiffure.
  • ou justifier d’une expérience professionnelle de 3 ans dans l’Union Européenne (UE) ou dans un autre état de l’Espace Economique Européen (EEE), acquise en qualité sa salarié, travailleur indépendant ou dirigeant d’entreprise dans la coiffure.

Par ailleurs, seuls les titulaires du Brevet Professionnel ou Brevet de Maîtrise de Coiffure sont autorisés à utiliser des produits contenant de l’acide thioglycolique et ses dérivés (sels et esthers), dont la concentration est comrpise en 8% et 11% (décret du 21/09/1998).

Coiffeur à domicile, quel quotidien ?

Le coiffeur à domicile effectue les mêmes prestations que celles proposées dans un salon de coiffure : c’est un professionnel des soins hygiéniques et esthétiques de la chevelure. Ses clients peuvent être des femmes, des hommes, et des enfants.

  • Prestations : coupe, coloration, soin, coiffage, pose d’extensions, permanente, etc.
  • Vente de produits capillaires : shampoings, soins, accessoires cheveux, etc.

Le coiffeur à domicile peut intervenir :

  • Au domicile de ses clients
  • Sur leur lieu de travail, de vacances…
  • Dans des établissements collectifs comme les maisons de retraite, centres de rééducation, hôpitaux, etc.

Du fait de ses nombreux déplacements, le coiffeur à domicile professionnel ne dispose pas d’équipements fixes, trop encombrant.

Attention, les prestations effectuées au sein d’un véhicule itinérant (bus ou camion aménagé), ou dans un local aménagé comme un salon de coiffure, avec du matériel fixe, ne sont pas considérées comme de la coiffure à domicile.

Le coiffeur à domicile délimite une zone géographique en fonction de son lieu d’habitation, dans laquelle il exerce son activité.

Si, en plus des prestations coiffure proposées à vos clients, vous revendez également des produits, votre activité est considérée comme artisanale et commerciale. Il vous faudra donc déterminer votre activité principale pour connaître le seuil de chiffre d’affaires à respecter.

Coiffeur indépendant, quelles qualités ?

Outre la maîtrise des techniques de coiffure de base, il est indispensable pour le coiffeur de connaître les dernières tendances, d’avoir un excellent relationnel pour fidéliser sa clientèle, et savoir communiquer pour trouver de nouveaux clients.

1. Connaissance en coiffure et créativité

Le coiffeur à domicile, tout comme le coiffeur en salon, doit savoir réaliser les envies de ses clients, adapter ses réalisations au style et à la morphologie du visage de ses clients pour les mettre en valeur. Pour cela, être bien formé, tant sur les techniques que sur les produits, est indispensable.

2. Bonne présentation et bon relationnel

La coiffure fait partie des métiers destinés au bien-être de la personne. A ce titre, les prestations s’effectuent dans une ambiance agréable, souvent propice aux confidences. Le coiffeur à domicile doit donc être doté de qualités comme le respect et l’écoute attentive, mais aussi la discrétion. Ensuite, une hygiène irréprochable est indispensable.

3. Disponibilité

Choisir le métier de coiffeur à domicile nécessite d’accepter de travailler en horaires décalés : en effet, les clients qui font appel à vous le font plutôt à leur pose déjeuner, le soir ou encore les week-ends. Il faut aussi compter sur un bon sens de l’organisation pour essayer d’optimiser ses déplacements entre deux rendez-vous.

4. Connaissance et pratique de la communication

Le coiffeur à domicile ne possède pas de local et doit donc trouver des moyens de se faire connaître en tant que tel. Plusieurs solutions sont souvent utilisées : adhésifs sur son véhicule, inscription sur des annuaires ou publication d’annonces sur des sites d’offres d’emploi comme Adopte un coiffeur, mais aussi diffusion de cartes de visites, flyers… et même site internet (demandez un devis à l’Agence Mesoke qui a créé ce site : https://www.agencemesoke.com).

5. Bonne condition physique

Le métier de coiffeur fait partie des professions peu confortables, car vous devez rester debout des journées entières. Si en plus vous devez constamment vous déplacer en transportant du matériel, il faut vous assurez d’avoir une condition physique adaptée. Faire un sport pendant son temps libre vous aidera à garder la forme, et évacuer le stress éventuel.